Plus on avance dans la lutte contre le Covid 19, plus on entend certaines prophéties nous annonçant un après-Covid 19 spectaculaire, avec des changements de comportement profonds, bref, un nouvel âge serait à nos portes.
Chacun est libre d’y croire. Ou d’en douter. J’avoue me situer dans la deuxième catégorie.

Certes, cette pandémie aura peut-être contribué à nous rappeler notre fragilité et notre dépendance à la nature… et à ses lois. Nos sociétés avaient quelque tendance à l’oublier.
Serons-nous moins arrogants et sûrs de nous à l’avenir ? Et si oui, pour combien de temps ?
En tout cas, nous Français, il y a une notion que nous sommes aptes à oublier très vite, c’est la reconnaissance.

Un exemple : mercredi dernier, à l’hôpital de Narbonne, et dans d’autres évidemment, les agents de service étaient non pas en grève, mais ils ont marqué leur mécontentement en débrayant pendant une heure. Ou plutôt, elles, car ce sont majoritairement des femmes.
La raison ? Elles se sentent oubliées du Ségur de la Santé.
C’est-à-dire de la revalorisation salariale annoncée par le gouvernement. Qui est destiné à marquer concrètement la dette de la société envers cette corporation qu’on appelle les soignants, pour le travail admirable accompli dans la lutte contre le Covid 19.
Ceux-là mêmes que la population confinée, il y a un an, applaudissait symboliquement le soir en sortant sur les balcons.
Alors oui, certains des soignants ont obtenu des revalorisations. Certains, mais pas d’autres.
Et les oubliés, les agents de service de l’hôpital, ne comprennent pas pourquoi.

Moi, non plus d’ailleurs.
Car ces agents, ils, ou elles, étaient bien présents sur place au moment où les services hospitaliers étaient submergés par une épidémie qu’on découvrait, et exposés tout comme les autres à la contagion. Et à un rythme de travail très lourd, dans une ambiance, on peut l’imaginer, de stress et de surmenage.
Eh bien aujourd’hui, c’est déjà oublié, semble-t’il.
Et ces agents de service de l’hôpital en sont réduits à un mouvement social, comme on dit, pour rafraichir nos mémoires.
Il y a de quoi avoir honte devant tant d’ingratitude !

Alors on sait déjà que la reconnaissance ne sera probablement pas une valeur marquante de notre après-Covid 19.

 

Partagez !