LA CHRONIQUE de JC Julès  21sept20

Y a t’il encore, dans ce pays de France, un service postal à la hauteur ?
Hélas, les témoignages s’accumulent pour démontrer le contraire.

Et je vais en ajouter un à la liste des plaintes, qui sera d’autant plus facile à recueillir que c’est le mien. Celui d’un responsable d’entreprise qui, comme beaucoup, dépend dans son activité économique quotidienne du bon fonctionnement, notamment, des courriers recommandés. Je rappelle incidemment qu’aujourd’hui encore de nombreuses opérations ne sont légales qu’avec l’appui d’un courrier recommandé avec accusé de réception.
La règle restant que le facteur remette ce courrier en main propre et fasse signer un document.

A condition, évidemment, qu’il prenne la peine de sonner chez les gens et ne se contente pas de laisser un avis de passage.
Or, à Narbonne en tout cas, et en ce qui me concerne, ça ne se passe pas ainsi.
Je souligne d’emblée que je me garderai bien de généraliser, car j’ai pu constater qu’il y a encore, à la Poste et à Narbonne, des gens qui font leur boulot avec sérieux et professionnalisme. Mais ce n’est pas tout le monde !

Le 11 septembre, je trouve dans ma boite aux lettres pas un, mais deux, avis de passage pour des courriers recommandés.
Or, je suis certain que le facteur n’a pas sonné à ma porte. Il n’a donc pas fait son travail.
J’en suis d’autant plus sûr que, une heure auparavant, c’est amusant, une factrice était passée à mon domicile me livrer une commande d’enveloppes timbrées. Elle avait accompli sa tâche parfaitement.

Bon, dans ce cas, on est dans du commercial, et 800 € de commande, ce n’est pas à négliger, même pour la poste.
Tandis que sonner à une porte, attendre que quelqu’un ouvre, ça ne rapporte rien, alors…on peut s’en dispenser ; ainsi la tournée  sera achevée plus vite. A l’intéressé de se débrouiller avec ses courriers recommandés.
Pire encore dans le je-m’en-foutisme, l’avis de passage précise que l’on peut, sur internet,  faire « une modification de livraison », et demander au facteur de repasser. Ce que je fais. Ou plutôt, ce que je tente. Car j’apprends finalement que « le service de demande de nouvelle livraison n’est plus disponible pour ce produit ». Sans même préciser lequel !

Résultat, je me retrouve le lendemain à la Poste route de Gruissan. Comme c’est un samedi, le 12 septembre, attention, ouvert 8h30-10 h, pas plus !
Je m’y rends, et la galéjade continue. Ouverture avec 12 minutes de retard. J’attends avec d’autres, qui sont dans mon cas.
Bouquet final, j’y découvre 3 postières quelque peu paniquées, qui nous disent qu’il y a eu une mise à jour informatique et qu’elles n’ont pas les codes. Imaginez le tableau !

Au bout d’une demi-heure, je prends enfin possession de mes courriers recommandés, qui sont, comme je m’en doutais, de la plus haute importance pour le fonctionnement de l’entreprise, la radio Grand Sud FM.
Bilan pour moi, 3 heures perdues en démarches diverses, alors que ces documents auraient dus être livrés à mon domicile. 

Avec une impression de laxisme et de bricolage dans une maison qui est censée être un service public fondamental de la nation française.
Qui sont les responsables, et où sont-ils ? Non, vraiment, y a pas écrit La Poste, là !    

Partagez !