Faut-il construire un nouveau stade pour le RCN, alias le Racing club Narbonnais ? Un bon sujet de discussion pour le reconfinement.

L’idée a déjà été évoquée plusieurs fois, mais sans vraiment retenir l’attention. Il avait même été dit que ce stade flambant neuf pourrait être construit non pas à Narbonne-même, mais dans une commune avoisinante du Grand Narbonne. Sans préciser laquelle. C’est dire si c’était simplement une idée, fugace et sans lendemain.

Jusqu’à ce que paraisse dans la presse un article qui laisse entendre…que l’idée ferait son chemin.

En effet, je lis le 17 octobre dans mon quotidien local favori, l’Indépendant, un papier intitulé « Le Racing veut se bâtir un avenir pro autour d’un stade ».

Et j’y apprends même en première page que J. Bascou serait missionné pour ce stade.

Fichtre ! me dis-je, en employant une interjection quelque peu désuète. Missionné par qui, par le Racing et son quintet de présidents ? Il semblerait que oui.

Alors voilà donc M Bascou, nouveau retraité de la vie politique, dans la position du missionnaire ? Mais que va-t-il donc faire dans cette galère ?

Soyons sérieux. Aujourd’hui, il faut bien l’avouer, même si c’est douloureux pour beaucoup de Narbonnais, le RCN n’est pas un club qui a le vent en poupe. Alors qui soutiendrait financièrement l’idée extravagante de se lancer dans la construction d’un nouveau stade ? A un moment, de plus, où l’actuel stade de l’Egassiéral à Narbonne a été rafraichi et peut aujourd’hui accueillir 10.000 spectateurs, selon la mairie. Il risque d’en falloir, du temps, pour que le Racing attire autant de fans pour remplir les tribunes.

Quant à M. Bascou, est-il assez téméraire pour se lancer dans un tel défi où il n’aurait que de futurs reproches à encaisser. Car des reproches, il ne va pas manquer d’en recevoir, en tant qu’ancien président du Grand Narbonne, par exemple lorsque va s’ouvrir la nouvelle clinique à Montredon-Corbières . Et qu’on va réaliser que l’accès routier a été complètement négligé, qu’il est totalement dépassé.

Selon Hélène Sandragné, présidente du département, c’est une opération chiffrée à 60 M € alors que le budget routes annuel du conseil départemental est de 30 M €.  

Il faudra, au mieux, cinq ou six ans pour y remédier et aménager l’accès routier. M. Bascou, qui sera alors en première ligne pour absorber les critiques, méritées au demeurant, va t’il en ajouter avec cette promesse, chimérique, d’un nouveau stade ?

S’il s’agit simplement d’un essai, alors, pour employer la langue du rugby, ce sera un essai…bien difficile à transformer.

 

 

Partagez !