Vaccination ! C’est devenu le sujet d’actualité incontournable … et renouvelable. Car chaque jour apporte son lot de nouveauté, non pas dans le sens de la clarté, hélas !
Certes, gérer une épidémie comme le covid 19 n’est pas une mince affaire, avec un virus particulièrement vicieux qui mute continuellement. Et dans un pays particulièrement peu préparé à y faire face.
Mais il faut bien constater que depuis le début, le gouvernement n’est pas à la hauteur de la tâche, essentiellement parce qu’il refuse de jouer la transparence. Les masques, puis les tests, et maintenant les vaccins. Avec une stratégie quasi identique : on se contredit d’un jour à l’autre, on prend le citoyen pour un mouton, jamais pour quelqu’un de responsable et capable de comprendre la complexité des choses.

Aujourd’hui, où, par chance, les vaccins existent, le gouvernement continue à se prendre les pieds dans le tapis et tente une fois encore de nous faire avaler des informations peu crédibles, pour peu qu’on fasse l’effort de les analyser.
Un exemple, à l’échelle audoise. Ce département, grosso modo, c’est 360.000 habitants.
On nous dit que d’ici l’été, tous les volontaires pourront être vaccinés.
Selon les scientifiques, pour parvenir à l’immunité collective et au reflux de l’épidémie, pour le covid 19 il faut vacciner 70 % de la population. Soit, dans l’Aude, environ 250.000 personnes.
On nous dit par ailleurs qu’à ce jour 13.000 personnes ont été vaccinées, au moins en première injection. Comme d’habitude, les chiffres qu’on reçoit sont assez différents selon les sources, mais je vais m’en tenir celui de 13.000, communiqué le 9 février par la préfecture de l’Aude.

Ce nombre de vaccinés, c’est pour environ un mois. Ce qui signifie, selon l’arithmétique, qu’il faut, à ce rythme, 19 mois pour immuniser 70 % des Audois. La course aux rendez-vous et les prises de tête sur Doctolib ne sont pas terminées !
Bien entendu, les vaccins, arrivant parait-il en plus grand nombre, les centres de vaccination peuvent se répandre davantage et multiplier le nombre de personnes concernées.
Mais à ce jour, on reste dans des promesses et des projections, qu’on est libre de croire, ou de ne pas croire, car, dit le proverbe, « chat échaudé craint l’eau froide ».
Et comme le montre ce simple petit calcul, il faudra du temps avant que 70 % des Audois soient vaccinés. En admettant que cette hypothèse de 70 % soit la bonne pour que l’immunité collective soit atteinte et que le taux de volontaires atteigne aussi ce chiffre.
Et comme il est hautement improbable que la situation audoise soit bien différente de celle des autres départements, qui peut croire que d’ici l’été tous les Français qui le désirent auront reçu leur dose ?
D’ici là, par contre, il est à craindre que les innombrables conférences de presse gouvernementales ne continuent à nous distiller de faux espoirs.

A moins qu’un jour, on ne commence à considérer que le citoyen français est apte à entendre la vérité. Même si elle est désagréable !

 

 

Partagez !